PHYSIOLOGIE DES LÉVRIERS

 

Les lévriers sont de grands sportifs.

Là vous regardez sur votre canapé et vous vous dites : bah pas tellement !!

Bon ok, il savent profiter des canapés...

Mais en attendant, ils sont taillés pour l'être !

 

Ceci leur confère quelques particularités physiologiques importantes à savoir et parfois à rappeler à votre vétérinaire.


Commençons par ses paramètres sanguins

Attention aux faux diagnostics d'hypothyroïdie !


Son système cardio-vasculaire

 

Le volume total sanguin des lévriers est supérieur au volume sanguin des autres races. Il atteint 11,4% du poids de l’animal contre 7,2% pour les autres races, ce qui augmente son volume d’éjection systolique en course.

 

La taille du cœur des lévriers est plus grosse que les autres races de chiens. Il représente 0,8 à 1,7% du poids du chien contre 0,55 à 1,05 % pour les autres races.

On note souvent un souffle carotidien, normal chez le lévrier, lié à un ventricule gauche plus gros. Attention à ne pas traiter un chien qui en réalité ne présente pas de pathologie cardiaque.

 

Lors d’un effort physique, la principale réponse de l’organisme est assumée par le cœur dont le débit est multiplié par 5 chez le lévrier en course: il passe de 200 ml/kg/min au repos à 900 ml/kg/min à l’effort. Cet augmentation du débit cardiaque permet d’augmenter le débit de perfusion des tissus au travail et donc de satisfaire des besoins et d’évacuer les déchets liés à l'effort plus rapidement.

Cette augmentation du débit corrélée à une vasodilatation simultanée, qui diminue les résistances périphériques, permet à la pression artérielle de n’augmenter que de façon modérée.

(débit cardiaque= fréquence cardiaque x volume d’éjection systolique; pression= débit x résistance périphérique)


Sa température

 

La température corporelle d'un lévrier est comprise entre 37,8 et 38,8°C contre 38,5°C en moyenne pour les autres chiens.

En course, sa température augmente fortement jusqu'à 40,5°C, frôlant même les 41°C.

Attention aux fortes chaleurs quand votre lévrier court: il risque un coup de chaleur, une rabdomyolyse (destruction massive et aiguë du tissu musculaire) et ses conséquences.

 

 

 

 

Sources

STAADEN RV. The Physiology of the Racing Greyhound 1989 - The exercice physiology of sporting dog 1998

VAN GEFFEN C, BAVEGEMS V, DUCHATEAU L, DE ROOVER K, DAMINET S. Serum thyroid hormone concentrations and thyroglobulin autoantibodies in trained and non-trained healthy whippets 2006

BEALE KM, BLOOMBERG MS, GILDER JV, WOLSON BB, KIESLING K. Correlation of the racing and reproductive performance in the Greyhound with reponse to thyroïd function testing 1992

B. GODIN B. Thèse: Optimisation des performances chez le lévrier de course 2012

 


Pour faire un don par chèque ou virement, les modalités se trouvent dans la rubrique Comment nous aider?



NOTRE BLOG PODENCOSTORY
NOTRE BLOG PODENCOSTORY

Dernière mise à jour le  14-12-2019