· 

QUEL ESPOIR POUR LES PODENCOS ?

 

 

Un article est paru en 2016 dans le National Geographic sur le massacre que subissent les galgos.

 

Dans cet article, pourtant très étayé et fourni, il y a une phrase entre parenthèses qui parle des podencos.

UNE phrase, entre parenthèses…

Ah oui, au fait, les podencos aussi, sont massacrés !

 

Alors où sont passés les podencos ?

 

Les podencos, un problème de fond !

C’est à n’y rien comprendre.

Est-ce la faute des journalistes ? Non ! Pour parler des podencos encore faut-il savoir qu’ils existent...

Les journalistes, comme les adoptants, ne peuvent pas savoir que les pods existent, si les acteurs de terrain, les associations spécialisées, ne le leur disent pas.

Cela voudrait dire que les associations qui ont été questionnées, interviewées, n’ont pas parlé des podencos ?

Mais comment ? Comment omettre cela, quand autant de galgos que de podencos sont massacrés en Espagne ?

 

 

Comment et pourquoi ? C’est une vraie question.

 

Comment s’expliquer que les personnes qui connaissent le problème ne parlent pas des podencos ?

Comment omettre cela alors qu’on sait tous que les podencos manquent de visibilité et du coup qu’ils sont 100 fois moins adoptés ?

Ne devrait-on pas en parler du coup 100 fois plus ? En faire une priorité ?

Quand on parle des abattoirs, on parle des cochons et pas des vaches ?

Quand on parle de la maltraitance des animaux dits domestiques, on parle des chiens et pas des chats?

On sélectionne car on aime plus les vaches que les cochons, les chiens que les chats…

 

Cela ne devrait-il pas être à souffrance égale, traitement égal ? On se bat contre des traditions de chasse et on se bat pour tous les chiens victimes de cette tradition de chasse, non ?

Mais c’est peut-être nous qui n’avons rien compris, qui ne voulons pas comprendre.

 

Peut-être que la porte d’entrée de tout ça, de ces sauvetages, de l’investissement associatif, c’est le galgo, juste le galgo.

De sauver une race en fait et pas le désir de lutter contre une tradition de chasse abjecte qui touche des chiens, plein de chiens de races différentes.

 

Nous pensons que pour beaucoup d’associations en effet, ce qui les a motivées à s’investir dans le sauvetage, c’est la race.

Ce sont au départ les passionnés de lévriers qui se sont mobilisés pour sauver ces chiens.

Sauf que le galgo n’est pas le seul à être victime de cette chasse ancestrale avec des lévriers.

Une autre race l’est en même nombre, le podenco.

 

La question de la maltraitance des chiens de chasse est récurrente et ce, dans tous les pays.

Des chiens enchainés, parqués, des chiens affamés qui ont moins de valeur qu’un fusil et dont on se débarrasse comme on le ferait d’un déchet. C’est le lot de millions de chiens de chasse dans le monde. Cette maltraitance est connue et globalement combattue par tous les acteurs de la protection animale.

En Espagne comme ailleurs, des milliers de chiens sont maltraités. Braques, épagneuls, survivent au quotidien dans des conditions misérables comme ils le font en France. Que faire ?

Continuez à nous battre pour que les chiens soient protégés par des statuts d’animaux sensibles et dénoncer encore et toujours.

 

Mais en Espagne, il y aussi la chasse avec des lévriers, une chasse particulière qui nécessite des chiens particuliers. Des chiens assez rapides pour attraper et tuer le gibier sans que le chasseur n’intervienne, une chasse en meute, une chasse traditionnelle.

Cette chasse se fait avec 2 races: le galgo, lévrier, et le podenco, ancien lévrier qui a été déclassé.

Ces chiens sont utilisés en même nombre pour cette chasse et massacrés de la même manière s’ils chassent mal ou en fin de saison de chasse.

Dans certaines zones comme les zones insulaires, seul le podenco chasse.

 

En Espagne, des milliers de podencos sont victimes de cette chasse.

Le problème concerne donc deux races et la solution doit donc concerner les deux races. Et c’est là où ça coince !

Car à un moment donné, la chasse avec des lévriers sera interdite en Espagne, comme elle l’est dans le reste de l’Europe, mais cela ne règlera pas la question du podenco qui lui n’est plus lévrier.

Cette chasse traditionnelle continuera avec les podencos qui seront massacrés par milliers.

 

 

 

En ne nous battant pas dans le même temps pour les 2 races, nous commettons une énorme erreur !

Alors pourquoi ce silence ?

Un podenco pendu, ce serait moins grave, parce que pas galgo ?

 

Regardez le pauvre podenco de cette photo, la misère incarnée…

Et ce serait moins grave car il n’est pas né galgo ?

A la base, nous n'avons rien contre les gens qui aiment une race de chien à partir du moment où cela ne les aveugle pas et qu’ils voient la souffrance du chien qui partage la même cage.

Nous respectons les passionnés de lévriers, ils ont engagé un combat mais ils ne peuvent pas faire comme si cela ne concernait que les galgos.

C’est une question d’éthique, une question morale.

 

En France, on a beaucoup d’associations de protection animale qui fonctionnent par race. Un bobtail, un berger ou autre est en danger, l’asso le récupère et ça marche comme ça, quasi pour toutes les races. Peu nous importe, l’important c’est de sauver les chiens.

 

Mais là pour l’Espagne, il nous semble que c’est différent: le point de départ étant une culture de chasse et des chiens exploités, maltraités, massacrés au nom de cette culture, 2 races sont majoritairement concernées et donc 2 races doivent être aidées. Non ?

On peut affirmer, au regard de cet article du National Geographic, que seul le galgo compte, que c’est encore la race du chien qui prime et qui fera qu’il sera sauvé ou non, adopté ou non. Bien triste constat...

 

Alors, on pourrait avoir pris l’habitude et avoir compris qu’on ne lutte pas pour les mêmes choses, pour les mêmes raisons, mais l’espoir fait vivre !

L’espoir que les acteurs de la protection des lévriers comprennent que le podenco doit être protégé dans le même temps et au même titre, car il est autant victime de cette chasse que le galgo.

 

En 2016, le podenco n’est pas une priorité. 90% des articles qui abordent la chasse en Espagne ne parlent que du massacre des galgos.

La majorité des pétitions demandent l’interdiction de la chasse aux lévriers, pétitions soi-disant aussi pour les podencos.

Sauf que le podenco étant déclassé, il ne sera pas protégé par cette loi.

Mais on ne parle pas de ça… l’omerta version PA (protection animale) lévriers !

Que deviendront les podencos quand la chasse avec les lévriers sera interdite en Espagne ? Et elle le sera ! Que deviendront ces milliers de podencos qui continueront à être massacrés, en plus grand nombre qu’avant, car ils remplaceront leurs frères galgos ? Quel soutien auront-ils? Quel espoir? Podenco et galgo, une même tradition, un même massacre, un même combat !

 

Podenco campanero, andalou et Ibiza détenus:

 

Même les associations, qui ont eu parfois la chance d’avoir une vitrine médiatique, ne parlent que des galgos.

Émission de télé, radio, presse écrite, à chaque fois que l’occasion se présente, personne ne s’en saisit pour parler des podencos. Pas un mot!

 

On ne demande même pas à ce que toutes les assos remontent des pods. Certaines ne les feraient pas (ou peu) adopter.

Les quelques podencos remontés seront noyés dans la masse des galgos et souvent présentés comme second choix si on ne peut pas adopter un galgo ! Sic. Donc en effet, autant s’abstenir.

On demande juste aux assos d’en parler quand elles ont un média pour le faire.

Bon alors pas du caractère du chien, par pitié, mais du fait qu’il soit massacré. Pas bien compliqué en soi.

 

 

Quel est le problème de certaines associations avec le podenco ?

 

Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas s’occuper des podencos. Surtout celles qui consisteraient à dire que le problème vient du chien !

 

Voici des exemples de ce qu’on entend:

  • "Il y a plein de petits corniauds qui ressemblent aux pods dans les refuges français"
  • "C’est un chien difficile"
  • "C’est un chien très actif, destructeur et fugueur"
  • "On ne fait pas les podencos, faire adopter un pod, c’est un retour assuré"
  • "Tout le monde ne peut pas avoir un pod car très particulier de caractère"

Cela vous laisse certainement sans voix ou vous met en colère. Mais c’est bien cela qui est dit sur les podencos par certains bénévoles.

 

 

Alors que faire ? Construire une communication positive sur le podenco et le réhabiliter !

 

Quand on parle des podencos en tant que bénévole aux futurs adoptants et bien certains sont réceptifs et se dirigent volontiers vers l’adoption d’un pod. On le sait, on l’a pratiqué. Mais encore faut-il avoir l’envie d’en parler...

 

Il y a une malhonnêteté ambiante, de la fausse compassion du style "oh oui les pauvres pods", mais beaucoup ne font rien, ne changent pas leur communication, ne les proposent pas aux futurs adoptants, rien.

 

Alors parfois ça chouine dans ces assos : "on n’arrive pas à faire adopter les podencos", "c'est la faute des adoptants, ils n’en veulent pas"

Ah ça ! En effet, la plupart des gens ne savent même pas qu’ils existent, enfin qu’ils survivent dans un trou de terre d’Andalousie.

Pour les faire adopter, encore faudrait-il prononcer leur nom !

Les chouinements se dissipent vite parce que, soyons honnête, faire adopter les podencos n’est vraiment pas la priorité d’au moins 70% des assos de PA lévriers en Europe.

Sinon elles en parleraient des podencos, les mettraient sous la lumière… CQFD !

 

Bon, on entend d’ici les murmures : "qu'ils la montent leur asso s'ils savent mieux que tout le monde, on fait bien ce qu’on veut !".

Oui, vous faites ce que vous voulez, et d’ailleurs ce que nous disons n’annule pas tout le boulot que vous faites pour les galgos.

Vous êtes les pros, les spécialistes de l’enfer espagnol, vous êtes les plus à même d’en parler !

Alors parlez-en, mais ne niez pas les podencos qui subissent la même chose.

 

Et les autres associations lévriers qui, elles, se donnent du mal et mettent de l’énergie à les faire connaître, doivent aussi les réhabiliter: en effet, qui va adopter un chien soi-disant hyperactif, destructeur et fugueur ? On vous le demande, à part un masochiste !

Parce que oui, on a pris un peu l’habitude que le podenco soit invisible, exclu, mais on a dû aussi prendre l’habitude qu’il soit décrit comme difficile et ingérable.

Par qui ? Certains bénévoles d’assos, toujours les mêmes !

Quand ils en parlent, c’est pour raconter à quel point ces chiens sont difficiles, à ne pas mettre dans toutes les mains…

Ou qu’il est moins ceci, moins cela… un chien de second choix en quelque sorte, si on ne peut pas adopter ce fameux beau galgo, gentil et si calme !

 

1 adoptant sur 2 est confronté à cela quand il demande des informations. Alors il ne faut pas s’étonner. On le sait, car les adoptants parlent de tout ça, des premiers contacts, et parfois c’est affligeant...

Du coup, beaucoup de personnes se désintéressent du podenco, par peur de ne pas arriver à les gérer, que cela soit trop difficile.

Alors oui, certains bénévoles ont une sacré responsabilité dans le fait que les pods ne sortent pas d’Espagne. Une PA contre-productive.

 

Il y a peu de temps, une discussion avec une bénévole asso qui me dit: "vous avez une meute de pods, vous devez savoir y faire car ils ne sont pas faciles"

Et le pire, c’est que 0 remise en question ! Vous expliquez, mais non, vous devez avoir eu de la chance ! Vous êtes tombé sur le bon ou bien vous devez mentir…

Vous vous rendez compte que certains disent qu'on ment sur nos chiens pour faire adopter les podencos ?

Quand on dit affligeant, le mot est faible !

Et puis, il y aussi la gloriole de raconter qu’un pod c’est compliqué: "moi j’y arrive, mais la majorité n’arrivera pas à dompter ce podenco primitif et sauvage". Mais oui, et la marmotte…..................................

Pardon de vous annoncer sans trompette que le podenco est un chien, un super chien, un chien extra, mais un chien.

Pardon, vraiment.

C’est un chien qui s’adapte à toutes les familles, à partir du moment, comme pour tout chien, où on lui accorde du temps.

 

Nous avons des chiens faciles et sympathiques (sauf quand ils chassent, mais bon ce sont des chiens de chasse) et ce n’est pas nous qui sommes à l’origine de ce petit miracle, ce sont eux, nos merveilleux podencos.

Chiens rescue, élevés à coups de pied, affamés, torturés, qui vous donnent leur confiance et s’adaptent si humblement.

 

Le podenco est un chien merveilleux.

 

Le podenco est massacré, mais il est aussi volontairement oublié de ceux-là mêmes qui devraient et pourraient les aider. Et ça commence dès l’Espagne.

Certaines d'entre nous ont été déléguées d’asso, se sont investies dans des sauvetages et avons vu des sauvetages où on sort les galgos et pas les pods.

Nous avons vu des assos espagnoles refusant d’intervenir pour un pod… justifiant leur acte par le fait que leurs partenaires européens, qui les font adopter, ne les prennent pas.

 

Mais il ne faut pas en parler, la vitrine doit rester propre même si derrière ce n’est pas très glorieux et surtout pas très juste, car très sélectif.

Le cycle infernal du sauvetage de podenco, un itinéraire qui débouche plus souvent vers la mort ou la survie en refuge, que vers l’adoption !

 

 

Tout cela ne devrait vous donner que des bonnes raisons d’adopter un podenco et le désir, nous l'espérons, d’en sauver un !

 

Un conseil: quand vous allez commencer à vous intéresser aux podencos (on est beaucoup à être passés par là), vous allez peut-être tomber sur des délégués qui n’ont pour certains jamais vu l'oreille d'un pod, mais, ils vont vous raconter tout et n’importe quoi. Certains iront jusqu’à vous dire que vous faites une belle connerie et que vous devriez prendre un galgo.

Alors s'il vous plait, quand cela vous arrivera, avant de tout lâcher et surtout votre désir d’adoption de podenco, rapprochez-vous des adoptants de podencos et des assos podencos.

On vit avec !

Nous sommes les mieux placés pour vous en parler.

Loin des associations, loin des rumeurs, nous, on vit avec ces chiens ! Et nous sommes nombreux nombreux, avec des vies très différentes: travail, maison, appart, chats, enfants, clôture, tous différents, et pourtant tous adoptants de pods.

 

Si ça, c’est pas la preuve que le pod est aussi merveilleux et éducable que n’importe quel chien et qu’il s’adapte...

 

Et dernier conseil: choisissez bien votre asso. Parce que, oui, il y a quand même de chouettes assos françaises.

Prenez une asso éthique qui sauve galgos et podencos en même nombre, ou tous les chiens, ou une asso podencos qui lutte pour que les podencos soient reconnus et adoptés.

Nous connaissons des associations éthiques, mais bon, à vous de faire votre choix.

C’est facile, il suffit de suivre leur actualité et d’aller sur leurs sites.

Et demandez aussi s’il y a un délégué qui a des pods. Vous vous apercevrez vite qu’en fait très peu en ont parmi les délégués ou présidents d’asso. Mais clairement, comment parler de chiens qu’on ne connait pas ?

 

Mais nous sommes là si vous voulez nous accorder votre confiance, si vous voulez qu'on vous aide à trouver votre podenco, votre oublié, celui qui risque de pourrir sur place en refuge, ou pire.

Nous les avons en face de nous ces merveilleux chiens, au quotidien. Nous les regardons vivre et s’épanouir. Ils sont tellement plein de ressources.

Les pods sont joyeux, curieux, braves, sociables avec leurs congénères, doux et tendres. Les rencontrer c’est les aimer.

Ensemble, on peut faire bouger les choses, alors parlons des podencos !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Odette (mardi, 03 décembre 2019 20:00)

    Tout est dit.....qd j ai commencé à m intéresser aux pods ( et oui, je ne connaissais que les galgos !!�) une assistante véto à qui je demandais si elle en connaissait ds sa clientèle m'a répondu :"ah lala....oui ms bon..." en grimaçant et avec les sous entendus qui vont avec ! Alors j ai décidé de fermer mes oreilles et de faire confiance aux personnes et assoc qui savaient de quels chiens on parlait....je ne le regrette pas...ah ça non !!�

  • #2

    Béatrice (mardi, 03 décembre 2019 21:44)

    Pourriez vous nous indiquer une ou plusieurs associations qui ont des podencos à l’adoption ?
    Je viens de perdre mon merveilleux chien à 9 ans, c’était un berger blanc suisse.
    Nous souhaiterions mon mari et moi laissez passer un peu de temps puis penser à adopter une petite chienne podenco.
    En vous remerciant pour vos conseils.

  • #3

    Le Cercle des Podencos (mardi, 03 décembre 2019 22:01)

    Bonsoir Béatrice. Vous pouvez consulter la rubrique "PODENCOS À L'ADOPTION EN FRANCE" sur ce site.
    Cordialement

  • #4

    Guillemette (mardi, 10 décembre 2019 09:06)

    Je partage souvent vos articles concernant les podencos, c'est une petite contribution par rapport à ce que vous faîtes quotidiennement, mais si cela peut faire changer un peu les mentalités ! J'ai pour compagne une galga, adoptée chez Celtiques Lévriers et cie qui oeuvre aussi pour les podencos !
    http://sosrefuges.1fr1.net/t47512-pardon-les-podencos

  • #5

    Nicolas (lundi, 29 juin 2020 20:08)

    J'ai une chienne Pod, sauvée à 3 mois et adoptée à 7 mois.
    Un peu compliqué pour la propreté et le rappel au début, mais en étant ferme mais juste et avec un collier de rappel sonore, ça c'est vite arrangé.
    Il y a eu un déclic vers 1 an, son comportement a changé d'un coup,
    Elle est brusquement devenue collante et plus qu'obeissante, même plus besoin de laisse en balade, jamais de bêtises ni d'aboiements, méfiante au départ avec les étrangers et les enfants.
    Un super chien très gentil, calme, affectueux et toujours joyeux.
    S'entend très bien avec tous les autres chiens (mais n'aime pas les chats, rien à faire !).
    Pas gourmande : compliqué pour les apprentissages aux gourmandises, elle s'en fout, plus sensible aux signes de mécontentement ou aux compliments.
    Très,très obéissante et fusionnelle avec son "papa".
    Elle a maintenant 7 ans.
    Finalement c'est un chien plus facile que le Galgo car le gabarit lui permet de trouver une place plus facilement dans son environnement (voiture, terrasse de café, salon...canapé ou genoux du patron...).
    Très facile en appartement, dort beaucoup, très propre, se lave comme un chat.


Pour faire un don par chèque ou virement, les modalités se trouvent dans la rubrique Comment nous aider?



NOTRE BLOG PODENCOSTORY
NOTRE BLOG PODENCOSTORY

Dernière mise à jour le 17-9-2020